Nutrithérapeute… ?

Nutrithérapeute, Diététicien ou Nutritionniste

En aucun cas ces définitions ne sont officielles, ne portent aucun jugement ni discrimination. Elles n’ont pour but que »d’être synthétiques et simplifiées » afin de vous aider à éclaircir vos idées  sur les différentes pratiques et approches de ces professionnels.

Le diététicien, non médecin, a suivi une formation  BTS ou DUT de diététique, essentiellement centrée sur le bilan alimentaire concernant les calories, les lipides (graisses), les glucides (sucres) et les protéines et a eu tendances jusqu’à présent à négliger les vitamines, les minéraux et autres composants de l’alimentation. Il agit le plus souvent dans le cadre d’un hôpital ou d »une institution. Le but de ce professionnel de la santé est de dresser et d’expliquer une méthode qui permet de détailler un régime en indiquant les apports alimentaires sur une répartition d’une journée ou d’une semaine.

Le médecin nutritionniste a suivi une formation de médecin avec une spécialisation  nutrition (DU, DES)   sa pratique, qui s’intéresse à la physiologie de l’assimilation des aliments par le tube digestif et aux maladies liées aux troubles la nutrition, est presque limitée au surpoids et au diabète. Par ailleurs, il manie plus facilement les médicaments contre ces pathologies que le conseil alimentaire qu’il délègue souvent au diététicien.

Le  nutrithérapeute,  non médecin, a suivi une formation centrée sur  les nutriments et les compléments alimentaires, micro-nutrition, nutrition cellulaire et l’alimentation  (légumes, fruits et céréales… dans le détail des vertus pharmacologiques) ainsi que la gemmothérapie (macérats de plantes) la phytothérapie (plantes). Ecoles de Nutrithérapie, Phytothérapie, Naturopathie, Nutrition  et Micro-Nutrition…

De manière holistique, (physique, émotionnel, mental, social, existentiel)  Il aborde les dérèglements disfonctionnements du patient (fatigue, anxiété, dépression, infection à répétition…) voir ses pathologies d’un point de vue biochimique, afin d’intervenir au niveau le plus fin, le niveau moléculaire. Chaque personne ayant des gènes, une alimentation et un environnement différents, il est amené à prendre plus de temps pour les identifier et à recourir à des analyses spécialisées si nécessaire.

A partir d’un tel tour d’horizon, le nutrithérapeute peut voir quelles modifications alimentaires sont prioritaires, quelles prises de compléments sont nécessaires et quelles réductions de surcharges doivent être entreprises. Il a pour priorité de résoudre chaque fois que possible les déficits, les symptômes et les signes dont se plaint le patient par des conseils alimentaires. Il sera amené à utiliser des compléments alimentaires quand l’alimentation seule ne peut pas fournir les quantités suffisantes, ou lorsqu’il recherche un effet pharmacologique (un effet médicament indépendant de la présence d’un déficit).  La prise en charge holistique du client permettra à ce dernier de réapprendre à s’alimenter, de retrouver son propre équilibre alimentaire et de palier à un certain nombre de dysfonctionnement dus à des excès, surcharges, carences ou addictions.

La nutrithérapie c’est :
• Prolonger sa durée de vie en bonne santé et prévenir des maladies aiguës et chroniques.
• Optimiser les fonctions de la personne bien portante (énergie, mémoire, fertilité…)
• Renforcer sa résistance aux agressions (fatigue, anxiété, dépression, infection à répétition…)
• Augmenter les capacités d’une personne malade à guérir ou à compenser les effets de sa pathologie.

Partager : Facebookgoogle_plusmailFacebookgoogle_plusmail




Envoi...